Le Jeu du Roi/Reine | Retrouver la confiance en soi, conférence donnée par Dominique Vincent à Prades en novembre 2012
management, développement personnel, leadership naturel
20
single,single-post,postid-20,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,

Retrouver la confiance en soi

Les fleurs, en particulier la rose en Occident et le lotus en Orient, ont été de tout temps le symbole de la sagesse qui vient du cœur.

Retrouver la confiance en soi

Posted by Dominique Vincent in Archives, Articles de presse, Conférences 28 Apr 2013

Conférence donnée à Prades le jeudi 29 novembre 2012

Que signifie la confiance en soi ? Avoir confiance, c’est pouvoir se fier à, s’appuyer sur. En soi, cela signifie se fier à soi-même, s’appuyer sur soi-même. C’est la capacité à se tenir debout dans l’adversité et même à s’y renforcer. C’est la confiance en sa capacité de résilience, c’est à dire à rebondir après un échec, un accident, une erreur, une maladie, un deuil, une séparation… Quels sont les domaines où vous vous faites confiance, où vous pouvez vous appuyer sur vos ressources, vos forces et vos compétences ? Cela fait partie du processus de confiance en soi de reconnaitre ses ressources et ses réalisations.  Avoir confiance en vous est une autre façon de dire que vous accédez à votre propre puissance, à votre souveraineté, à votre royauté intérieure et extérieure.

Je parlerai ce soir de la confiance en sa capacité de faire, de réaliser des projets personnels, professionnels et familiaux ; de la confiance en sa capacité d’être avec les autres, de construire une relation amoureuse avec ses composantes sexuelles ; de l’accès à son propre plaisir et que l’autre atteigne son plaisir aussi grâce à nous. La confiance en soi est nécessaire dans tous les domaines de notre vie.

J’espère que vous aurez davantage confiance en vous en quittant cette salle, grâce aux mots que je vais prononcer, aux exercices que je vais vous proposer, et, évidemment, grâce à votre accueil et à votre bienveillance pour ce que je vous propose.
La perte de confiance
Développer ou retrouver la confiance en soi signifie que nous l’avons perdue. Peut-être n’en avons-nous jamais disposé vu les circonstances de notre arrivée en ce monde. Qu’est-ce que c’est qui a pu détruire la confiance en soi ?
Avant même notre naissance, le manque de confiance en eux de nos parents et ancêtres et leurs projets de vie inachevés. Moi-même je suis né dans les terreurs de la guerre, ce qui n’est guère
propice à l’émergence d’une saine confiance en soi. Certains appellent cela le Karma, les mémoires individuelles,  sociales et collectives qui mènent notre vie souvent à notre insu. Cela fait partie
de la charge portée par tous avec des spécités diverses.

Les émotions occultées ou non vécues, non acceptées totalement, la honte, la colère, la peur…, le contentieux non réglé avec nos parents. Dans mon expérience personnelle comme dans celle de mes clients, j’ai constaté les charges gigantesques qui se libèrent quand certains
ressentent et reconnaissent leur rage contre leurs parents et commencent à l’intégrer consciemment et positivement.

Comment se construit la confiance en soi dans l’enfance ?
La sécurité collective de l’époque, sociale, économique, de classe. Je pense à cette cliente, fille d’une famille d’aristocrates, qui avait toujours mal au cou et qui n’osait pas se mettre en avant. Cela s’est transformé quand elle a rencontré et communiqué en elle avec son ancêtre guillotiné à la révolution française dans les années 1790.

La sécurité fondamentale apportée par la mère, par sa charge affective positive, par l’amour inconditionnel qu’elle porte pour ses enfants.

Le regard du père sur soi, surtout pour les petites filles, la possibilité de s’identifier à lui, surtout pour les garçons (père en échec qui s’écroule d’un avc ou qui se suicide, son alcoolisme…) Même mon fils de 40 ans a encore besoin d’être fier de moi ! Parfois les parents sont faibles et l’enfant ne peut avoir accès à sa propre force. Parfois les parents, l’un ou l’autre ou les deux,
sont tellement dans leur puissance et dans l’abus que l’enfant n’arrive pas à s’imaginer s’identifier à eux, les égaler ou les surpasser un jour.

La construction de l’image de soi quand le bébé se met debout et commence à marcher. La phase petit prince et petite princesse vers deux, trois, quatre ans est nécessaire à la construction d’une
saine confiance en soi.

L’accès à la sexualité adulte fait partie de cette sécurité profonde base de la confiance en soi.

Des modes de relations dans la famille, le couple, ou dans le milieu professionnel fondées sur des manipulations qui visent à affaiblir préventivement l’autre dont on a soi-même peur, contribuent
à faire imploser la confiance que nous avons en nous et dans le monde autour de nous.

La retrouver
Comment la retrouver, récupérer les composantes de soi que nous avons perdues ?
L’approche est physique, énergétique et mentale.
Dans le monde sémite chez les arabes et les hébreux, l’archange Gabriel représente la force de Dieu en nous, celle qui nous fait respirer. Ecouter la respiration dans son ventre est un exercice fondamental pour retrouver la confiance en soi.
L’enracinement, sentir ses pieds, ses jambes, pratiquer la danse africaine…
Alignement de la colonne vertébrale, faire des exercices pour prendre conscience de son dos, particulièrement de la colonne vertébrale.
L’accès à ses ressentis, écouter les sensations toujours changeantes à l’intérieur de son corps. Prendre conscience des émotions qui nous traversent et la façon dont elles se font sentir dans le corps.
La présence dans les centres d’énergie décrits dans les arts martiaux Taoïstes, le Hara et les Dantiens, ou dans le Yoga, les Chakras.
La puissance de la mise en cohérence cardiaque, la puissance de l’amour.
L’impeccabilité de la parole. Devenez conscient de ce que les mots prononcés intérieurement à vous-mêmes ou extérieurement aux autres, provoquent. Eliminer de votre langage tous les mots inutiles qui vous invalident : J’ai presque envie de …, Je ressens un peu de colère,
de tristesse… Je pourrais peut-être dire que…
Oser, prendre des risques, passer par des épreuves initiatiques comme des périodes d’isolement en montagne ou dans le désert. Le Jeu du Roi/Reine est une forme d’initiation.

Le Jeu du Roi/Reine
L’expression de notre puissance vitale se manifeste sous différentes formes selon un processus précis. Il y a d’abord une phase d’indétermination, de sans forme. La vie veut s’exprimer et
cherche son chemin mais n’a pas encore trouvé comment. Viennent ensuite des envies qui se précisent, des images plus ou moins floues qui se dessinent progressivement, des idées,des projets qui prennent forme dans notre cerveau, le tout selon quatre grandes directions. Ces directions sont les archétypes de l’émergence, le compagnon-bâtisseur, le guerrier, le sage et l’artiste-amoureux. Une personnalité accomplie peut utiliser de façon équilibrée et ouverte chacune de ces quatre voies selon les besoins et situations. Pour cela, elle doit être en paix avec tout ce qui la constitue, en particulier avec son histoire. Cette personnalité accomplie est celle du roi ou de la reine. Elle est capable de prendre des responsabilités extérieures car elle maîtrise et gouverne ses propres instances. Voici comment nous pouvons faire l’expérience immédiate de ces archétypes.

L’état neutre, champ du point zéro, espace intérieur de tous les possibles : immobilité tranquille, écoute intérieure et extérieure ouverte sans focalisation. Visiter l’état neutre et difficile car nous sommes continuellement occupé par des pensées et des émotions automatiques qui nous coupent de notre potentiel.
Le guerrier, prononcer ce mot et observer tout ce qui surgit en soi par ce qu’il évoque. En quoi ce qui surgit apparait-il comme positif ou négatif. Est-il possible de mettre ce contenu mental en relation avec sa vie actuelle ?
Le compagnon. Suivez le même processus avec cet archétype et chacun des trois autres.
Le sage.
L’artiste-amoureux.
Le roi, la plénitude de l’accomplissement.
Ce soir, nous allons faire une expérimentation du Jeu du Roi/Reine avec l’un ou l’une d’entre vous qui va monter sur le trône. (Ce que nous avons fait de manière très simplifiée mais très évocatrice en une quarantaine de minutes.)

En conclusion (Après une période de questions)

Retrouver sa pleine puissance n’est pas un mince travail, le résultat ne s’obtient pas au rabais. C’est une œuvre de longue haleine, un processus alchimique qui se poursuit à chaque instant, dans la vigilance, la présence de la pleine conscience. Pour moi, des exercices physiques quotidiens et des temps de méditation même courts me sont indispensables.

Publier un commentaire